SEO

Pourquoi faire un audit interne ?

Le terme Audit vient de « l’écoute » . Les origines du mot remontent au monde romain et indiquaient les sujets qui contrôlent l’administration des fonds publics par l’ « audition » des résultats comptables. Ensuite, le terme a été utilisé pour désigner les activités de contrôle de nature fiscale et comptable.

Ce mot est couramment utilisé aujourd’hui pour indiquer un outil permettant de comprendre si, dans les divers domaines et activités d’un « système d’entreprise », les procédures préparées sont respectées, s’il s’agit de rôles et de devoirs clairs et si les objectifs opérationnels et les politiques sont correctement gérés et poursuivis. Le but est de respecter les obligations réglementaires ou d’obtenir ou de maintenir une certification des systèmes de gestion si ceux-ci ont été mis en œuvre dans l’entreprise. Mais surtout d’attribuer une couverture adéquate aux activités commerciales qui présentent un certain risque.

A lire aussi : Qu'est-ce que SEO et SEA ?

DEMANDE D’INFORMATION

Demande d’information

Écrivez-nous, nous vous contacterons dès que possible !

A découvrir également : Comment faire apparaître votre entreprise sur Google ?

J’ai lu la Politique de confidentialité J’accepte de recevoir les bulletins d’information d’Alavie relatifs aux événements et au contenu informatif Dans le cas où la société a déjà équipé un système de gestion, conformément, par exemple, aux dispositions de la réglementation ISO, il est nécessaire d’effectuer périodiquement des audits visant à vérifier si les procédures mises en place sont compatibles avec la réalité de l’entreprise et si les mêmes sont correctement appliquées et mises en œuvre.

Un audit efficace devrait être effectué par un vérificateur professionnel ayant une expérience avérée. L’activité de l’auditeur doit avoir lieu en pleine collaboration avec tout le personnel de l’entreprise. Ceci afin d’obtenir la collecte de données la plus complète possible qui, en enquêtant sur les causes, permettra mettre en évidence les objectifs manqués et les différences en ce qui concerne le modèle adopté . Ce n’est qu’ainsi que l’auditeur, après avoir cartographié les zones à risque, sera en mesure de fournir des solutions adaptées à la structure et aux différents besoins de l’entreprise.

Audit et gestion des risques

La nécessité d’avoir un modèle de gestion des risques, tant dans les entreprises que dans certaines catégories professionnelles, a été particulièrement ressentie ces dernières années. Grâce à la gestion des risques, en fait, on est en mesure de contrôler non seulement la structure procédurale et organisationnelle de l’institution, mais aussi la sauvegarde des actifs de l’entreprise, la structure économique financière, ainsi que l’efficacité et l’efficience de l’ensemble de la gestion de l’entreprise.

Les diverses dispositions réglementaires ont une plus grande importance attribuée aux systèmes de contrôle interne et de gestion des risques, mais aussi aux systèmes de responsabilité des entreprises, de la gestion et les organes de contrôle interne. Il suffit de penser par exemple :

  • Règlement de l’UE n° 679/2016 et lignes interprétatives annexées, émis par l’autorité italienne de la protection de la vie privée ;
  • Décret législatif 231/2007 portant application de la directive 2005/60/CE relative à la prévention de l’utilisation du système financier aux fins du blanchiment de capitaux du produit des activités criminelles et du financement du terrorisme, telle que modifiée et complétée par le décret-loi 90/2017 ;
  • le Code de gouvernance d’entreprise des sociétés cotées émis par Borsa Italiana S.p.A. ;
  • Décret législatif 231/01 et Directives annexées approuvées par les principales associations professionnelles (par exemple Confindustria, ABI, etc.) pour la construction des modèles d’organisation, de gestion et de contrôle ex décret législatif n° 231/2001 ;
  • L’ article 2428 du Code civil et l’article 154 bis du TUF concernant l’attestation de fiabilité sur le contenu du rapport sur la gestion par le gestionnaire Préposée ;
  • Normes internationales pour la pratique professionnelle de l’audit interne.

Comment connaître et vérifier votre structure organisationnelle et la conformité aux différentes normes et normes ? Effectuer une ou plusieurs vérifications.

Comment procéder à l’audit

L’ efficacité du processus d’audit dépend du type d’analyse effectuée par l’auditeur, de l’examen des protocoles, de la façon dont les informations et les données obtenues du vérificateur sont acquises. Pour avoir une connaissance complète de l’organisation de l’entreprise, le vérificateur doit préparer une procédure d’analyse appropriée et spécifique. C’est alors que la préparation d’une liste de contrôle est la première étape de la collecte de données et d’informations, en gardant à l’esprit la réalité de l’entreprise. Dans l’activité d’audit, trois catégories de paramètres de macros peuvent être identifiées :

  • pour les ajustements réglementaires ;
  • pour l’optimisation de processus spécifiques ;
  • avec des questions supplémentaires (hautement personnalisées selon les exigences requises).

Chacune de ces catégories comporte trois phases :

  • 1. Conception de la vérification : identification des domaines à vérifier, définition des outils à utiliser et planification des activités de collecte de données.
  • 2. analyse documentaire et vérification de l’adéquation des protocoles par rapport à la législation concernée.
  • 3. Évaluation des paramètres d’audit et des résultats obtenus, élaboration statistique du même plan et éventuel plan d’amélioration avec les mesures à prendre
  • .

Il est essentiel, au moins au cours de la phase 2, d’acquérir des informations par le biais d’entretiens avec les employés, les organes de direction et d’autres personnes, les inspections et les enquêtes, les observations sur les activités et les conditions de travail et l’environnement, les demandes de confirmation, le recalcul ou réapplication et examen de documents, procédures et pratiques spécifiques, procédures et pratiques, procédures et procédures d’étalonnage

Une fois ces phases terminées, le vérificateur pourrait atteindre deux résultats différents :

  • la NON-CONFORMITÉ
  • les OBSERVATIONS

Le vérificateur, lorsqu’il détecte des non-conformités ou exprime des observations, peut, dans le premier cas, détailler les lacunes constatées, c’est-à-dire les points de divergence entre ce qui est défini dans les procédures, ou les règlements de non-conformité ; dans le second cas, fournir des conseils pour l’application de différents processus visant à réaliser des améliorations et des modifications permettant d’offrir des objectifs réalisables grâce à l’adoption de mesures alternatives (processus, fonctions, etc.).

A la fin du processus d’audit, l’auditeur devra rédiger un rapport écrit , qui fera émerger des idées importantes pour l’amélioration des processus, de la gestion ou de l’état de conformité de la zone faisant l’objet de l’enquête.

Pour donner un exemple, après un audit effectué sur un système de management de la qualité, des résultats seront produits qui fourniront le point de départ pour identifier les améliorations de processus dans le but d’offrir au client un produit/service parfaitement conforme à ses attentes.

En conclusion

Chaque entreprise, comme toute pratique professionnelle, doit comprendre l’importance de se doter d’un système de contrôle et de gestion des risques. Une telle usine se compose de procédures, de protocoles, de structures organisationnelles qui assurent le bon fonctionnement de l’organisation. La vérification, dans ce système, est l’outil par excellence pour évaluer et surveiller la pertinence des mesures prises. Ce n’est que de cette façon, en pensant en termes systémiques et procéduraux, qu’il soit possible de sauvegarder les actifs de l’organisation, qu’il s’agisse d’une entreprise ou d’une étude professionnelle.

de l’état de conformité de la zone faisant l’objet de l’enquête.

Pour donner un exemple, après un audit effectué sur un système de management de la qualité, des résultats seront produits qui fourniront le point de départ pour identifier les améliorations de processus dans le but d’offrir au client un produit/service parfaitement conforme à ses attentes.

En conclusion

Chaque entreprise, comme toute pratique professionnelle, doit comprendre l’importance de se doter d’un système de contrôle et de gestion des risques. Une telle usine se compose de procédures, de protocoles, de structures organisationnelles qui assurent le bon fonctionnement de l’organisation. La vérification, dans ce système, est l’outil par excellence pour évaluer et surveiller la pertinence des mesures prises. C’est seulement de cette façon, en pensant en termes systémiques et procéduraux, qu’il soit possible de sauvegarder les actifs de l’organisation, qu’il s’agisse de l’entreprise ou de l’étude

à voir aussi

Bijoux Geek : notre sélection

Généralement, on trouve divers styles de cadeaux en rapport avec des thèmes précis. Le monde du geek en particulier est tout de même un peu ...