Les idées-reçues sur les réseaux sociaux

De nos jours, l’accès aux réseaux sociaux est de plus en plus facile. C’est ainsi qu’on peut retrouver des personnes de tout âge et de toute catégorie sur Facebook, Instagram, WhatsApp ou en Snapchat. Cependant, des fois il est difficile de défaire le mauvais du bon sur ces plateformes qui captivent l’attention de bien d’individus. Focalisons-nous sur le cas de Facebook où des messages apparaissent souvent de nulle part, avec des contenus qui incitent à partager lesdits messages. Plusieurs utilisateurs font justement suivre de tels messages de manière instinctive, sans savoir clairement ce qu’il en est.

L’importance de la bonne information

Bon nombre de personnes avouent déjà avoir partagé des messages qu’ils avaient copiés et collé comme le suggérait ce dernier. Cependant, il faut noter que la plupart sinon tous ces messages n’ont absolument aucun impact ni sur la plateforme que vous utilisez ni sur le compte dont vous êtes propriétaire. En clair, les posts dans le genre “ j’interdis au réseau social d’utiliser mes données personnelles … “ n’ont pas de valeur juridique. En faisant suivre ce type de posts, vous ne faites rien d’autre que perdre du temps, ces messages ne représentent rien contrairement aux CGU de Facebook auxquelles tout utilisateur consent avant d’avoir accès à cette plateforme.

De plus, ces posts interpellent souvent la notion d’identité publique que Facebook n’aurait pas le droit de violer. Précisons toutefois que les termes d’adhésion (que nombreux ne lisent pas) sont assez clairs concernant cet aspect. Aussi, Facebook qui est une entreprise privée et non une entité publique aspire au respect des droits de l’Homme de manière stricte. Alors, les messages du style “ Je ne donne pas à Facebook […] la permission d’utiliser mes images, informations ou publications…  la violation de ma vie privée peut être punie par la loi “ sont de nul effet.

D’autre part, le problème de confidentialité qui serait violée par Facebook reste largement discutable. Néanmoins, les conditions générales qui sont stipulées tout au long de la phase de création d’un compte Facebook sont explicites. Si une personne n’est pas totalement en accord avec l’une des règles, elle ne peut qu’annuler la création de son compte sous faute de se plier aux règles comme tout le monde. Par conséquent, la Commission Nationale Informatique et Libertés recommande de bien lire les conditions générales d’utilisation d’un réseau social avant de l’intégrer, de contrôler ses paramètres de confidentialité régulièrement mais encore de ne pas publier d’informations trop personnelles ou alors dans le pire des cas, d’exercer les droits prévus par la CNIL.

Auteur de l’article : Tibo