Quelles sont les conséquences de la biodiversité ?

Une étude publiée le 15 juillet dans Science, menée par une équipe internationale de chercheurs, a établi que nous avons dépassé la limite de sécurité maximale en termes d’ extinction. La chose a ramené à l’esprit une interview d’il y a de nombreuses années (c’était 2007) à Sergio Castellari, qui vient de décerner le prix Nobelde recherche sur le changement climatique au GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’ évolution du climat ). Je lui ai demandé quelle était la biodiversité et pourquoi elle était si importante. Aucun autre argument, en fait, à part l’extinction massive en cours, n’est si peu d’intérêt pour le public, comparé à son importance. Peu de choses nous ennuient comme — disons — une fourmi subtropicale rare disparaissant de la surface de la terre.

A lire en complément : Comment les pirates piratent-ils les pirates ?

L’ importance de cette fourmi idéale est énorme et Castellari est restée un peu basée sur la demande. La réponse est en fait trivial pour un chercheur, et c’est peut-être ici la raison pour laquelle la science n’a jamais été bonne, surtout dans le domaine de l’environnement. Aujourd’hui, nous savons que pour une série infinie d’animaux le temps est écoulé. Les extinctions font partie de l’évolution, bien sûr, mais les extinctions massives n’ont jamais eu lieu depuis que l’homme peuple la terre et, avant l’actuelle, n’étaient que 5. À l’heure actuelle, les espèces animales disparaissent de la planète à une vitesse 114 fois supérieure à celle considérée comme normale. L’homme est surtout responsable parce qu’il efface leurs habitats, ainsi que pour la chasse à la fraude et à la pollution.

Les conséquences ? Ils sont liés au progrès de l’humanité et à sa survie, à bien des égards.

A lire aussi : Comment récupérer le courrier indésirable ?

Progrès. La perte d’espèces animales et végétales n’est pas seulement un frein à de nouvelles découvertes en général, mais aussi la chance perdue de résoudre d’énormes problèmes de santé tels que celui des bactéries résistantes à antibiotiques (c’est dans les forêts d’Amérique du Nord que vous cherchez la solution, précisément dans les dérivés de l’érable rouge). On estime qu’environ 70% des plantes avec des ingrédients actifs anticancéreux sont concentrés dans la forêt amazonienne, parmi les derniers endroits de la terre partiellement intacte, mais toujours fortement menacés. Pire encore, la perte de biodiversité menace notre survie parce qu’elle réduit les stocks alimentaires.

La nourriture. Les extinctions massives coupent trivialement nos stocks alimentaires. Les animaux et les plantes que nous mangeons en Occident n’appartiennent qu’à une trentaine d’espèces, mais bien sûr ils ne pourraient pas exister sans les autres. Pensons à la pollinisation des insectes : plus de 80% des cultures européennes dépendent de leur existence. Si l’on considère qu’une partie de l’humanité ne magasine pas au supermarché mais vit sur la chasse et la pêche, il est encore plus facile de comprendre comment la perte d’espèces animales, ou des plantes dont ces ils se nourrissent, mettent en péril des populations entières. Cela nous intéresse directement, si nous pensons aux vagues exceptionnelles d’immigration de ces dernières années.

Santé. Outre la recherche, la biodiversité améliore directement la santé. Cela a été établi par une étude internationale menée dans la forêt amazonienne et publiée sur Pnas : les personnes vivant dans des zones protégées, non menacées par les chasseurs forestiers et frauduleux, ont moins de problèmes de santé, bien que les causes restent largement inconnues. En outre, les plantes aident à nettoyer l’air et à éviter le séchage des sols. Enfin, la biodiversité sert la résilience , c’est-à-dire la capacité — jamais autant que nécessaire aujourd’hui — de s’adapter aux changements : si, au sein d’un écosystème, une espèce échoue, il y en aura une autre qui le fait et qui permet la survie de l’écosystème lui-même. Pour ces raisons et pour d’autres, ayez le possibilité d’être en contact avec la nature la plus vierge possible allonge nos vies.

La liste peut continuer pour toujours, mais une mention spéciale mérite la beauté . Un monde plus pauvre de plantes et d’animaux est un monde moins beau, et moins riche à bien des égards. Le naturel n’est certainement pas une beauté finale en soi, et on sait l’impact positif de la nature sur notre santé, même à la vue simple.

à voir aussi